Un sejour à Menton- Harry Sparke- LXX

Chaque année en été, je vais faire du camping avec ma famille dans le sud de la France. L’année dernière, nous avons décidé de faire du camping près de la ville Roquebrune-sur-Argens, qui se trouve à dix minutes de la Côte-D’Azur. Nous avons passé beaucoup de temps à la plage, à la piscine située dans le camping ou à découvrir les villes provençales. Une de ces villes, souvent oubliée, est Menton. D’habitude quand on pense à la Côte-D’Azur, on pense à Nice, Monaco, Cannes et St Tropez. La description de Menton selon le Guardian est du « coin le plus inconnu de la Côte-D’Azur. » Menton est la dernière ville sur la côte provençale avant la frontière avec l’Italie. En effet, Menton s’est retrouvée sous l’autorité des deux pays à plusieurs reprises. Elle est devenue définitivement française en 1860, sauf pendant une petite période pendant la deuxième guerre mondiale. La ville est nichée dans une crique, entre son port idyllique qui donne sur la Méditerranée et une colline des Préalpes. Ce positionnement lui donne l’impression d’être un peu serrée, car la plupart des bâtiments ont beaucoup d’étages et les rues sont étroites pour optimiser la géographie. En plus d’être « le coin le plus inconnu de la Côte-D’Azur, » Menton a aussi été nommée la « Perle de la France » grâce à sa beauté provençale qui a été plus au moins protégée des effets du tourisme. Sur une des deux péninsules, qui forment la crique dans laquelle Menton est située, se trouve l’ancien cimetière de Menton. Il donne sur la ville et le port de Menton. Le cimetière contient les restes des aristocrates russes et britanniques qui ont construit des villas à Menton pendant le 19e siècle. Il contient aussi la dernière demeure de William Webb Ellis.  

William Webb Ellis est évidemment le fameux ‘Old Rugbeian’ qui a attrapé dans ses bras la balle dans un match de foot et ainsi par inadvertance a inventé le jeu de rugby. Cependant la plupart d’entre nous ne savons pas grand-chose de sa vie après Rugby. Après avoir quitté Rugby en 1831, il est allé étudier à l’université d’Oxford et il a été diplômé d’un MA en 1831. Il était consacré dans l’église anglicaine et il a servi comme chapelain dans la chapelle de St. George à Londres, le pasteur de St.Clement Danes dans le Strand et finalement de Magdalen Laver en Essex. Après être devenu le pasteur de Magdalen Laver, le reste de sa vie est inconnu. Beaucoup de Britanniques riches ont déménagé à Menton dans les années 1860 car ils croyaient que le climat fiable et agréable aidait à guérir les gens de maladies respiratoires comme la tuberculose. On croit que Webb Ellis faisait partie de ces Britanniques qui sont partis à Menton, soit pour être recteur de la nouvelle population britannique, soit parce qu’il avait aussi développé des problèmes de santé. Il est mort à Menton en 1872, à l’âge de 67 ans, ne laissant aucune descendance, mais un domaine de £9000, qui est l’équivalent de plus d’un million de livres dans l’argent d’aujourd’hui, à de différents organismes de bienfaisance.

A trip to Menton- Harry Sparke LXX

Every year, my family and I go camping for two weeks in the summer in the south of France. Last year we decided to stay in a campsite near the town of Roquebrune-sur-Argens, ten minutes inland from the Côte-D’Azur. We spent much of our time at the beach, by the campsite pool or exploring the coastal towns in Provence. One such town is the largely overlooked town of Menton. When talking about the French Riviera, people often think about Nice, Monaco, Cannes and St Tropez. The Guardian describes it as “The French Riviera’s unknown corner.” Menton is the last town in France before you cross the border into Italy and has, in fact, swapped between French and Italian rule for centuries, becoming finally French in 1860. This is not entirely true as it spent part of the Second World War under Italian occupation. The town is nestled in a cove between its idyllic port on the Mediterranean Sea and an alpine foothill. This gives the town a slightly crammed in feeling, as many of the buildings are several storeys high and the streets are narrow to maximise the use of scarce space. As well as being “The French Riviera’s unknown corner,” Menton has also acquired the nickname the “Pearl of France” due to its traditional Provençal beauty which has remained largely unscathed by the effects of modern tourism. On top of one of the two peninsulas, which form the cove within which Menton is situated, is the ancient Menton cemetery. It overlooks Menton town and the port. The cemetery contains the remains of many Russian and British aristocrats who built villas in Menton and lived there during the 19th century. It also houses the final resting place of William Webb Ellis. 

William Webb Ellis is obviously the famous Old Rugbeian who caught the ball in his arms in a game of football, inadvertently starting the game of rugby. However, not many people know about his life after Rugby. After leaving Rugby in 1826, he studied at Oxford University and graduated with an MA in 1831. He was ordained into the Anglican church and served as the chaplain at St George’s Chapel in London, the rector of St. Clement Danes in the Strand and, finally, the rector of Magdalen Laver in Essex. After becoming rector at Magdalen Laver, much of the rest of his life is unknown. Many wealthy British people moved to Menton in the 1860s as it was believed that Menton’s fair and dependable climate helped cure people with respiratory diseases such as tuberculosis. It would appear that Webb Ellis was among these Britons travelling to Menton, either to serve as a rector to the new British population in Menton, or because he himself had health problems. He died in Menton in 1872, at the age of 67, leaving no descendants, but an estate of some £9000, which is over a million in today’s money, to various charities. 

Webb Ellis’s grave was only discovered in 1958, by Ross McWhirter, the co-founder of the Guinness Book of Records, and was recently refurbished to accommodate the thousands of tourists that would visit it. The grave is now overwhelmed by messages, shirts and posters from rugby fans* who have come from all over the world to pay their respects to the legend of William Webb Ellis.  

MFL Society Speaker, Mr Tim Cole- Nikita Federov XX

On Tuesday 10thMarch, the MFL society hosted Mr. Tim Cole to give a talk to Upper School Linguists about his life and how languages have been a part of his career. Mr. Cole engaged the listeners by introducing his knowledge of greetings in various languages, ranging from Italian to Mongolian. Mr. Cole began by engaging our minds to try to make us memorise the greetings in Zulu, a language spoken primarily in South Africa. “Sanibonani”, Mr. Cole said, to which we replied “Yebo”. “Ninjani?”, he then asked. “Sikhona” we replied. I did not think that this activity had any other purpose than to ‘add some spice’ to the talk, but as it turned out, the activity played a perfect role in helping the listeners fully understand and adopt the idea that knowledge of a language is key to a native person’s heart; and how else can you start than to greet a native in their own language!

Mr. Cole’s career changed multiple times, switching locations from place to place, from working as an English teacher in Zimbabwe, to be a British Ambassador in Cuba, to finally work with the non-profit organization ONE. Languages have been indispensable for Mr. Cole. My personal favourite episode of his life which he shared with us was his time in Portugal during his gap year. His initiative to start a charity movement by himself, trying to walk from Portugal back to England, caught attention from the local media, as no comparable feats have been attempted before. He was invited to be a guest in a live-broadcasted interview, in a radio equivalent to BBC Radio 1. As he recollects, he was petrified, mortified and nervous before his interview because he did not think that his Portuguese was of an adequate level. However, much to his relief, his doubts in himself were soon to be converted to confidence as he spoke beautifully during the interview, explaining the whole purpose of his initiative. This particular anecdote, if it may be so called, connected with me due to the similarities with myself: a young person planning his gap year, his time at university and with a knowledge in a foreign language.

Mr. Cole’s talk on how he used languages throughout his career has inspired me to devote my time in the future to learn various languages, to delve in and commit myself to learn more about the great variety of cultures which the world holds, to cherish and appreciate the historical struggles which countries and whole continents have faced. Through Mr. Cole’s very personal story, I was able to develop a new perception on the usefulness of languages, which I hope prompts me to a more diverse, thus interesting, life and career. I want to thank Mr. Cole for giving up his time to present a truly engaging talk.

Les difficultés de la traduction (avec référence au concept de la femme dans « Le deuxième sexe » par Simone de Beauvoir)- Roheena Buckland, Rugby High School, Year 13.

C’est généralement reconnu que la langue est une façon de communiquer les idées et les pensées des hommes. Un mot choisi signifie des sens comme compris parmi un groupe d’individus, et c’est justement cela qui donne au mot son sens : la compréhension de ce dont il s’agit existe seulement dans la présence d’un groupe des personnes qui attribuent, tous, le même sens à un mot particulier. 

Donc, il est facile de comprendre comment, dans une société, les gens peuvent communiquer. Cependant, plus la différence entre les expériences des gens est grande, il y a plus d’opportunité pour le sens d’un mot de diverger. Par exemple, le concept d’un jeu : pour quelqu’un qui joue à des jeux de plateau, sa compréhension du mot « jeu » se référera plus à ses expériences, pendant que quelqu’un qui joue aux sports peut penser que la définition se réfère plus aux sports. Même si tous les deux comprennent qu’un « jeu » peut être défini dans les deux sens, il ne s’ensuit pas que le sportif va comprendre le sens de « jeu de plateau » avec la même profondeur. Mais même avec ce problème, ce n’est pas trop important pendant la vie habituelle; il suffit que les deux comprennent que la définition se réfère aux deux sens. Pourtant, il faut qu’on note ce problème.

Expliquées au-dessus sont simplement les difficultés quand on utilise la même langue. Maintenant on doit considérer qu’entre deux langues, il y a souvent une grande différence de culture et de compréhension aussi. Mais cela n’est pas la difficulté la plus grave. On doit penser que pour « traduire » quelque chose, on doit marier toutes les complexités des sens d’un mot avec un autre, tout aussi plein de complexités, qui n’existent pas forcément dans l’autre langue. Malgré toutes les difficultés, pour la plupart ce n’est pas encore trop grave en ce qui concerne la langue de la vie quotidienne.

Malheureusement, on n’utilise pas seulement la langue habituelle, et voilà l’essentiel du problème : comment traduire les concepts et les multitudes de sens d’un mot d’une langue, à une autre. Un exemple, c’est le problème du concept de la « femme » dans « le deuxième sexe », écrit par Simone de Beauvoir. Au cours du « Deuxième sexe », le mot a au moins deux sens (dans la compréhension anglaise)[1]. La traduction littérale serait « woman » ou « the woman » ou même « women » quelquefois. « Woman », sans article ; transmet l’idée de « femme » comme institution, ou un concept défini par la société, la culture et l’histoire. « The woman » ou « a woman » en revanche, signifie plutôt l’idée d’un individu. Pour les phrases célébrées comme « on ne naît pas femme, on le devient » une traduction de « one is not born, but rather becomes a woman », comme utilisé par H. M. Parshley, apporte un sens différent d’une autre traduction, « one is not born, but rather becomes, woman » par C. Borde et S. Malovany-Chevallier où on peut voir le sens de l’institution. 

Evidemment, la traduction est un art complexe. Il est important de considérer profondément l’impact du choix des mots et de la ponctuation, et leur sens divergents, surtout quand on lit un texte important. Comme Edward Sapir a dit en 1929, “the real world is, to a large extent, unconsciously built up on the language habits of the group […] the worlds in which different societies live are distinct, not merely the same with a different label attached”. Si les mondes des sociétés sont différents (peut-être à cause de la langue) comme il suggère, l’idée de simplement « communiquer les idées » devient un peu plus difficile.


[1]Le deuxième sexe, J. Cape, The Random House Group Ltd., 2009

Les Gilets Jaunes- Laurie Guard

Contexte : Le mouvement des Gilets Jaunes est un vrai problème. La plus longue protestation de France depuis la Deuxième Guerre Mondiale, quatre mille personnes sont mortes – manifestants et policiers. Au début, ils ont protesté contre l’impôt sur le carburant, et alors les gilets étaient un signe de l’attitude de défi d’automobilistes, mais maintenant le mouvement représente un sentiment de haine contre le gouvernement. Les manifestants se mettent aux rues et ils sont très violents, lançant des bombes de feu et des pierres. Ils incendient des magasins, des banques et des voitures. Emmanuel Macron, le président de France, a promis de rendre son style de politique plus humain en réponse, mais il y a encore des changements à faire. 

Qui sont les gilets jaunes ? Les Gilets Jaunes sont un groupe de protestation contre le gouvernement de France. Ils portent des gilets de haute visibilité – les gilets jaunes – alors ils ont choisi le nom de ces vetements. Mais c’est sarcastique, parce qu’en 2008, la loi Française a dit que les automobilistes doivent porter des gilets jaunes dans leurs voitures en cas d’urgence. Çaa commencé comme un mouvement de bas, une pétition, postée par une femme d’affaires, Priscillia Ludosky, se plaignant d’impôts sur le carburant. Puis, un conducteur de camion, Eric Drouet – qui deviendrait la personne la plus influente dans les protestations – a publié la pétition. La pétition a attiré beaucoup d’attention, et bientôt avait vers un million de signatures. Ils viennent, au départ, d’automobilistes énervés, mais aujourd’hui beaucoup de personnes – Parisiens, fermiers, automobilistes, hommes d’affaires, les vieux, les jeunes – protestent pour le changement. Il n’y a pas de direction – c’est spontané et égalitaire – et ils se rencontrent en particulier les samedis. Aussi, ils s’appellent ‘Les Misérables’. 

Qu’est-ce qu’ils veulent ? Ils veulent moins d’impôts sur le carburant. Aussi, en général ils pensent que des impôts sont trop chers et injustes, alors ils croient que le systéme des impots doivent être changés. Ils veulent que le salaire minimum soit augmenté, et que Macron arrête la baisse de recettes fiscales pour les riches. Un petit nombre veut que Macron démissionne et que le parlement soit terminé. 

Qu’est-ce qu’ils font ? Ils organisent les protestations contre le gouvernement en étapes connues sous le nom d’‘Actes’. Les Gilets Jaunes appellent leurs protestations des ‘Actes’, parce que les manifestants croient que les changements doivent se passer en étapes. Dans ces actes, ils manifestent violemment, avec feu, pierres et des signes. Ils scandent et crient, et certains actes ont des objectifs spécifiques. Ils ont incendié des bâtiments, et ils arrêtent la circulation avec des obstacles de rue.

Chronologie : Le 17 novembre 2018, les protestations ont commencé par ‘Acte 1’. Plus que 300,000 personnes ont protesté, et deux sont mortes. Acte 2 a vu des policiers se défendre avec des jets d’eau et de gaz lacrymogène. En Acte 3, qui s’appelle ‘Macron Quitte’, plus que 100 voitures ont été brûlées. En quatre, la Tour Eiffel, le Louvre et l’Opera de Paris étaient fermés en cas de dommages. Le dix décembre, Macron a fait une déclaration televisé, le discours politique le plus regardé dans l’histoire de France, disant que le salaire minimum sera augmenté et a changé la politique des impôts un peu, mais les changements étaient trop petits, et les manifestants étaient loin d’être heureux. Les actes ont continué, et la prochaine protestation importante était ‘Acte 12 – La Nuit Jaune’.  La protestation était paisible, parce que les manifestants ont voulu montrer à la police qu’ils ne doivent pas utiliser les armes dangereuses contre eux. Acte 18, le 16 mars, est la protestation la plus recente, et, après ca, le gouvernement a decidé qu’il utiliserait le militaire pour arrêter les protestations.

Conclusion : Quelque chose doit changer. La situation en France est devenue violente. Les manifestants sont en colère. Le gouvernement est incertain. Si ces protestations continuent, la France va se dévaster. Il est indispensable que Macron change ses politiques. Il a besoin d’apaiser les gilets jaunes sans abandonner toutes ses politiques. La France est instable. Les gens sont désespérés. ‘Regarde ta rolex – c’est l’heure de la révolte’.

Eric Drouet 
Le slogan connu, tenu au barrage 
Manifestants près de l’Arc de Triomphe 

L’influence du gaulois dans la langue française et anglaise – Gaulish influence in the French language: Annabel Barlow (XX)

Le gaulois est une ancienne langue celtique qu’on parlait pendant les siècles avant et pendant le règne de l’empire romain dans divers pays européens. 

Gaulish is an ancient Celtic language which was spoken in the centuries before and after the reign of the roman empire. 

Le pays du ‘Gaule’ était une région de l’ouest d’Europe qui contenait la France, le Luxembourg, La Belgique et une grande partie de la Suisse. 

The country of Gaul was a region of western Europe which included France, Luxemburg, Belgium and a large part of Switzerland. 

Bien que la langue soit éteinte depuis le Vᵉsiècle, elle survit toujours dans d’autres langues celtiques comme le breton et même le gaélique écossais : le mot gaulois pour une vache, par exemple, est ‘bo’, en breton c’est ‘bu’och’ (bu-orr) et en gaélique écossais c’est ‘bò’. 

Even though the language has been extinct since the 5thcentury, it still survives in other Celtic languages like Breton and even Scottish Gaelic: the Gallic work for a cow for example is ‘bo’, in Breton its ‘bu’och’ and in Scottish Gaelic it’s ‘bò’. 

Les langues celtiques survivantes sont divisées en deux groupes : celtique-P et celtique-Q

  • Le gallois, le breton et le cornouaillais (cornique) appartiennent au groupe celtique-P
  • Le gaélique écossais, le gaélique irlandais et le mannois (la langue celtique de l’ile de Man) appartiennent au groupe celtique-Q. 
  • Le gaulois appartenait au premier groupe, le même groupe que le breton, la dernière langue celtique qui survit en France.

La différence principale et celle qui détermine cette mode de classification réside dans le traitement du *kwhérité de l’indo-européen (la langue originale de laquelle font dériver les langues celtiques).  

On peut illustrer cette différence par les mots pour ‘tête’ : 

  • pennen breton, pen en gallois, pen / penn en cornique 
  • ceannen irlandais, ceann en gaélique écossais, kione en mannois. (Ainsi, ici, on constate que le ‘Q’ est plutôt un ‘C’)

The surviving Celtic languages are divided into two groups: P-Celtic and Q-Celtic. 

  • Welsh, Breton, Cornish belong to the P-Celtic Group. 
  • Scottish Gaelic, Irish Gaelic and Manx (the Celtic language spoken on the Isle of Man) belong to the Q-Celtic group. 
  • Gaulish belonged to the first group, the same group as Breton, the last surviving Celtic language in France. 

The main difference and that which determines this form of classification is found in the treatment of the kwinherited from Indo-European (the original language from which all the Celtic languages are derived)

You can see this difference inthe words for ‘head’:

  • Penn in Breton, Pen in Welsh and Penn/ Pen in Cornish.
  • Ceann in Irish and Scottish Gaelic and Kione in Manx.  (thus the ‘Q’ should really be a C in this context)

Le français moderne vient d’un autre groupe linguistique : les langues romanes. Elles ont aussi descendu de la famille des langues indo-européennes mais contrairement aux langues celtiques qui descendent du protoceltique, les langues romanes descendent du latin-vulgaire (le latin vernaculaire utilisé dans la communication quotidienne). 

Néanmoins cela ne veut pas dire que le gaulois n’a pas influencé le français moderne. 

En fait, on peut voir l’influence de cette langue ancienne dans les mots qu’on utilise tous les jours :

Cette liste montre quelques mots communs qui dérivent du gaulois :

  • Ambassade : du celtique du celtique ambactos. Les “ambactes” celtiques étaient de courtisans ou des clients. 
  • Boue : du gaulois baw qui designent les excréments, la saleté.
  • Caillou :du gaulois cala, ‘pierre, pierraille’. (breton : kailhenn,Gaélique écossais : clachan)
  • Chemin : du gaulois cammano-  (
  • Chêne : du gaulois ‘cassanos’un arbre qui avait un caractère sacré chez les Gaulois (et plusieurs peuples celtiques). 
  • Cheval : du gaulois caballos
  • Lande : du gaulois landa(en Français ce mot signifie une terre découverte mais inhabitée mais dans les langues germaniques, comme l’anglais, cela a pris un sens plus large : ‘pays/territoire’
  • Mouton :du gaulois multon (breton : maout, gallois : mollt, viel irlandais : molt)

Séjour au Grand Osier – Charlotte McAlinden

Pendant les vacances d’octobre, Honor et moi sommes allées en France pour une semaine de cours de français en Bretagne. Nous avons vécu avec quatre autres personnes qui étudiaient le français dans leurs collèges. On se régalait de nourriture française le matin et l’après-midi on mangeait le fameux plat de Richard Tracey appelé ‘Salade Richardaise’. Après avoir déjeuné, nous avons fait environ quatre heures de grammaire avec Caroline Tracey. L’après-midi, nous avons visité le village de Dinan, où nous avons posé des questions aux habitants sur l’histoire de la ville pour que nous puissions améliorer notre français parlé. Chaque soir, nous avons mangé chez Richard et Caroline (nos ‘parents’) et après le repas, nous nous sommes assis autour du feu et avons chanté des chansons pendant que Richard jouait de la guitare. Puisque nous n’avons pas seulement mangé à la maison, nous sommes également allés à l’auberge et à la maison d’un ami de Caroline qui était propriétaire d’un restaurant. Jeudi, nous sommes allés au marché local de Dinan, où nous avions entendu dire que le marché serait hyper-chouette. Cependant, en raison de la pluie battante, il n’y avait que quelques stands. Le dernier soir, après le dîner, on nous a donné le devoir de trouver une chanson pour la soirée musicale. Caroline et Richard sont très doués pour la musique et ils s’attendaient donc à des merveilles. Cependant, bien que nous ayons été un groupe très fort et vocal, nos talents musicaux étaient minimes. Nous avons finalement décidé de chanter «Non, je ne regrette rien» avec beaucoup d’enthousiasme. Je recommanderais certainement ce cours car c’était une semaine très amusante et Richard vous apprendra beaucoup de ses blagues, et la campagne dans laquelle la maison est située est si jolie. Honor et moi, nous avons trouvé une rivière tranquille à quelques minutes à pied, où nous allions tous les jours pour regarder le coucher du soleil.  Bien que la nourriture soit un peu suspecte, le séjour est très utile et il a considérablement amélioré mes compétences en français.

Argentina – Marie-Lys Roche

Cuando llegué a Argentina al principio de junio me sentí bienvenida de inmediato. Durante un mes descubrí la ciudad de Buenos Aires y así la vida típica de un estudiante en Argentina. Fue una experiencia increíble porque en poco tiempo fui capaz de ver varios aspectos del país. 

Al principio fue un poco difícil de entrar en la rutina. Por ejemplo, nunca me acostumbré a cenar tan tarde, a veces a las once, once y media. Pero disfruté durante el día entre las lecciones de castellano donde aprendí cosas come la leyenda de la yerba mateo el trabajo infantil en Argentina. Todo ampliando mi conocimiento sobre la cultura argentina. También me encanto la comida en el colegio y en la casa de Delfi: empanadas, dulce de leche y asado. Todo estaba re rico. Me encantó hacer CAS, donde fuimos fuera del colegio para ayudar en una pequeña escuela para niños desfavorecidos. Cada lunes por la tarde, fuimos en la escuela e hicimos actividades con ellos. Yo pinté un mural con la ayuda de los niños. Esa fue una de las mejores experiencias porque descubrí otro fragmento de Argentina que no conocía. 

Cada día después del colegio fuimos en el combiescolar a la casa de Delfi. Algunas veces fuimos directamente a Buenos Aires para visitar la cuidad. Fuimos a múltiples lugares como el Ateneo donde compré muchos libros, el museo el Malba o al edificio más antiguo de Buenos Aires ‘la Manzana de las luces’. También visitamos La Boca y Pilar. En Pilar, fuimos a ver un concierto de una cantante bastante famosa en Argentina, ella es una activista cuyo nombre es Connie Isla. Me encanta su canción que se llama Equidad. También fue interesante escuchar el acento argentino por primera vez. Por ejemplo, ellos usan vosen lugar de tú y mucho más.  

¡Fue una experiencia maravillosa y traté de aprovecharla! Definitivamente quiero visitar pronto a Delfina y de descubrir un nuevo fragmento de Argentina.